« Cette maison je l’ai construite pour dépendre le moins possible de la société. J’utilise le solaire, mon eau est tirée d’un puits à vingt mètres, le feu vient du bois que je coupe et je fais pas mal de réserve de nourriture et du tabac pour un mois ou deux. C’est une maison qui survit. Et puis comme ça, ma fille pourra y aller quand elle voudra. Je me lève quand je veux, je mange quand je veux, travaille si j’ai envie tout en ayant la liberté devant ma fenêtre. On peut dire que c’est un choix car c’est moi qui ai bâti ma propre liberté tant que j’ai l’argent suffisant pour manger et rouler en voiture, moi ça me va bien car tu sais, on gagne pas tant que ça quand on est chercheur…».
Bruno, 66 ans, vit seul en dans une ancienne grange qu’il a restaurée au cœur des Pyrénées.
En parallèle, il est aussi chercheur au CNRS